Si ça coupe, c'est bouticoupe
Une entreprise familiale à taille humaine depuis 2006

Petite histoire de Dog Tags

Le Dog Tag — littéralement « étiquette de chien » — n’est pas une invention martiale mais bien civile. D'ailleurs, c’est à travers cette appellation assez curieuse qu'on en retrace l'origine. En effet, l’ancêtre de la plaque d’identité militaire est apparu aux États-Unis au 18e siècle. 
À l’époque, les villes et campagnes du pays se heurtaient à l’invasion de chiens errants, multipliant les attaques sur les personnes, mais aussi les dégâts matériels et sanitaires. Pour y remédier, les autorités promulguèrent une loi, imposant aux propriétaires de chiens de leur mettre un collier étiqueté, renseignant leurs nom et adresse. Cela, pour faciliter la différenciation entre chiens domestiques et errants, pendant l’énorme opération de nettoyage canin menée sur le territoire. Le concept d’un bijou d’identification était né, et sera repris le siècle suivant, pendant la guerre de Sécession (1861-1865).

Appropriation militaire

Pour rappel, on enterrait les soldats tombés au combat dans des fosses communes, dans les champs de bataille. Or, sans moyen de les identifier, des milliers de combattants finirent dans l’anonymat. Ce qui incita les chefs d’armée à imaginer différentes manières permettant de les reconnaître. 
Pour la bataille de Mine Run (Virginie du Nord, 1863), le Général George Meade par exemple, ordonna à ses hommes d’inscrire leur nom sur une étiquette blanche et l’épingler sur leur veste. D’autres frappaient leurs initiales sur une pièce de monnaie qu’ils portaient ensuite en pendentif. Rapidement, les commerçants, y voyant un nouveau filon, se lancèrent dans la confection de médaillons de guerre gravés, parfois décorés. Cela, en s’inspirant du Dog Tag. Mais on attendra jusqu’au 20e siècle, pour que les plaques militaires se formalisent.

Le Dog Tag au contemporain

Les contestations sociales qui ont succédé à la guerre de Sécession ont accéléré la création d’un « vrai » système d’identification dans l’armée. Car les Américains revendiquaient l’importance de se recueillir sur la tombe de leurs morts. S’inspirant à nouveau des dog tags, le Congrès et la US Army lancent alors en 1906 un projet de « plaque d’identité ». Financée par le Chaplain Charles Pierce en charge du Quartermaster Office of Identification, la plaque d’identité militaire officielle voit le jour : en aluminium où sont inscrits le patronyme complet, l’unité et l’acronyme USA. Le port obligatoire du Dog Tag pour les soldats déployés devient effectif en 1913.
Aujourd’hui encore, les plaques militaires conservent cette fonction identitaire, même si elles ne sont plus l’exclusivité des corps armés. Il existe désormais mille et une déclinaisons élégamment décorées, destinées aux civils. Sportifs, pêcheurs, survivalistes et collectionneurs notamment, sont friands des dog tags à impression 3D avec chaînette de Bouticoupe.fr !